En images

En images

En vidéo

Mes photos

La presse en parle

L’Académie de danse fait sa Une !

Samedi, les grands événements qui marquèrent le monde, étaient au programme du gala de fin d’année.

Quarante jeunes danseuses - et un garçon - ont exécuté différents tableaux parfaitement réglés par leur professeur, Valentine Astier, diplômée d’État. Des plus jeunes - 4-6 ans - aux ados et adultes, tous y ont mis du cœur, maquillage et coiffures impeccables, dans leurs tenues de gala.
Du Festival de Cannes d’actualité, à la rentrée des classes en passant par la fin de la triste époque qui toucha les États-Unis à l’ouverture du premier cabaret français, les élèves évoluèrent sur la scène, pour la plus grande joie de leurs familles, qui, appareils photos ou caméras en main, immortalisèrent l’événement.

Après l’entracte, place à un blockbuster indétrônable savamment réalisé par la professeur, suivi d’un hommage aux victimes du 11 septembre 2001 avant d’attaquer l’arrivée festive du chewing-gum et la folie des années 80.
À noter que deux élèves, Crystal et Kathy, ont excellé dans des solos, largement applaudis !
Puis ce fut au tour des 7-10 ans d’enflammer les spectateurs avec un tableau en l’honneur du roi de la pop avant le final qui rassembla l’ensemble des participants.
Un spectacle haut en couleur et en rythmes, ponctué par la voix des speakers de l’époque, interprété sous les ovations par des élèves souriants et ravis de leurs prestations.

mercredi 31 mai 2017 | L'Est éclair

Jumelage d’émeraude entre Arcis et Gomaringen !

Le jumelage, c’est toute une histoire ! En 1976, est officiellement signé la première charte du jumelage entre Arcis-sur-Aube et Gomaringen par Robert Piat et Heinz Raff, les pères fondateurs.

Pour sceller encore d’avantage cette union - qui fête ses « noces d’émeraude » - 160 Arcisiens, âgés de 10 à 80 ans, se sont rendus les samedi 20 et dimanche 21 mai à Gomaringen, ville de 8 600 habitants. Accueillis à leur arrivée, le samedi, par le maire, Stephen Hess, entourés d’une partie de la population, tous se sont ensuite retrouvés pour une soirée de gala festive au sein du complexe sportif.

L’occasion pour le maire, Serge Lardin, et Michel Piat, président du comité de jumelage, de souligner, en préambule, que « ce 40e anniversaire marque nos noces d’émeraude. L’émeraude est une des quatre pierres précieuses. Précieuse comme notre amitié qui nous rappelle combien ces échanges participent à construire une Europe solidaire et créative ».

Pour Stephen Hess, « 40 ans de jumelage, 40 ans de communauté, 40 ans d’amitié entre les concitoyennes et concitoyens de nos communes nous inspirent un bien-vivre ensemble. Liés par un avenir commun, nous sommes appelés à continuer plus que jamais à entretenir nos relations de confiance et d’amitié. » Avant de conclure : « Les anniversaires ne sont pas seulement un regard vers le passé mais aussi vers l’avenir. Car notre jumelage, qui a 40 ans maintenant, mérite que nous l’approfondissions, le développions et le vivions afin qu’il reste une histoire de cœur ! »

Place au spectacle !

Après les discours et les échanges de cadeaux, les associations des deux villes jumelles ont proposé, durant le repas, un large panel de leurs talents. Les sociétés de musique offrirent un concert varié et éclectique tandis que les jeunes filles de l’académie de danse excellèrent dans des chorégraphies soignées.

La chorale A Capella et les jeunes Allemands de l’ensemble vocal Freestyle enchantèrent les participants avant l’interprétation collégiale des hymnes nationaux.

Après une nuit, pour certains dans les familles, l’office œcuménique du dimanche matin et le repas, des matchs de handball et de foot rythmèrent l’après-midi avant de prendre - déjà - la route du retour.

« Un très bon accueil, convivial et chaleureux » de l’avis de tous. Et si des amitiés perdurent, d’autres se sont créées . Tout un symbole !

mardi 16 mai 2017 | L'Est éclair

Une enseignante supplémentaire au centre artistique

Le centre artistique d’Épernay, présidé par Gaëlle Ramel, débute une 16e saison d’activité. Depuis plusieurs années, c’est un chiffre constant de 350 personnes âgées de 4 à 96 ans qui bénéficient de l’enseignement dispensé au sein des sections de danse classique, jazz et de gymnastique. Les effectifs sont composés pour 80% de Sparnaciens et de résidants sur le territoire de la communauté de communes d’Épernay pays de Champagne mais aussi de 20% de personnes n’hésitant pas à parcourir 20 à 30 minutes pour bénéficier de l’enseignement des professeurs toutes diplômées d’État dans leur spécialité.

Les cours continuent d’être assurés par Isabelle Marques De Oliveira pour la danse classique, Virginie Lutun pour la gymnastique, Carole Longis pour la danse jazz et une nouvelle venue en la personne de Valentine Astier vient renforcer l’équipe pour enseigner la danse jazz. Les jours et horaires, du lundi au samedi en matinée ou en soirée, restent inchangés. A ce sujet, Virginie insiste sur « l’idée d’avoir des groupes de 15 personnes au maximum ». Isabelle de préciser que « les cours sont ouvert aux garçons ». Toutes partagent la conception d’un enseignement de la danse de qualité tout en respectant les caractéristiques physiques propres à l’âge de chacun. Elles se réjouissent également de voir d’anciennes élèves intégrer le conservatoire de Reims et pour certaines devenir danseuses professionnelles ou titulaires du diplôme d’État spécifique à leur discipline.

Enfin, Carole Longis souligne « la qualité des installations de la maison des arts et de la vie associative » mises à disposition par la Ville et qui contribuent à l’enseignement.

mardi 01 septembre 2015 | L'union